A.C CLAPIERS

                                                     http://asmclapiers.free.fr

                                                  

                                           PARIS  LONDRES

 

                    Dans le cadre des festivités du centenaire de l’entente cordiale, les ambassades de France en Angleterre et d’Angleterre en France ont décidé d’organiser une randonnée cycliste qui relie les deux capitales. L’organisation sportive étant confiée à (A.S.O) l’organisation du tour. Les concurrents ont été sélectionnés parmi les participants à l’étape du tour. Les heureux élus ont été pris entre la 500eme et la 1500eme place, ceci pour avoir un plateau assez équilibré et exclure les coureurs.Dans cette fourchette ont été choisis 130 Français et 130 Anglais avec des critères géographiques pour que des clubs de tout l’hexagone soit représentés.

 

                    Nous nous retrouvons tous, samedi 23 Octobre 2004 à 09heures devant la tour Eiffel. C’est le grand jeu ; voitures officielles, véhicules Mavic, 30 motards de la garde républicaine 30 motards de la police Anglaise avec des motos flambant neuves. Deux dossards dans le dos comme les pro ; signature sur le car podium avec animateur français et Anglais. Je crois rêver lorsque je me retrouve sur la ligne de départ à côté de Laurent Jalabert. J. Marie Leblanc baisse le drapeau et nous voilà partis sur le pont d’Iena puis les quais de Seine , place de la Concorde, la Madeleine les grands boulevards. Toute la route est à nous. Les sirènes, les spectateurs qui applaudissent, il ne manque que la caravane publicitaire et c’est le tour de France.

 

                    Après 70 Km, de neutralisation et un arrêt ravitaillement, nous voilà

repartis, mais c’est une autre histoire. Je suis à fond à plus de 50 Km/h, je fais un effort énorme pour revenir me placer. Je ne comprends pas, ce n’est pas possible que des

Cyclo soit disant moyens roulent aussi vite. Cela va bien se calmer. Dans la première bosse je suis dans le rouge, je me retrouve dans une première cassure, je n’arrive pas à récupérer cela roule trop vite. Un vent violent trois quart arrière ou de côté provoque des bordures, cela devient dangereux et ce sont  les premières chutes. Ce qui devait arriver arrive, à 20 Km de l’arrivée les crampes se manifestent, et je lève le pied et le calvaire commence. Je passe la ligne  150eme position. Je me renseigne pour comprendre le rythme imposé.J’apprends qu’il y avait des invités et parmi ceux là des professionnels en manque de podium dont Eric Leblacher qui revient du championnat du monde.après l’arrivée à Amiens nous sommes transférés à Calais à notre Hôtel pour une nuit qui va être courte car réveil à 06heures, déjeuner et départ en ferry jusqu’à Douvres

 

Nous partons en peloton neutralisé sous un crachin bien British cela permet de s’échauffer tranquillement je me place aux avants postes pour prendre de bonnes roues et après une dizaine de Km tranquilles le directeur de course abaisse le drapeau et les chevaux sont lâchés.Comme la veille mon compteur affiche des vitesses "Amstronomique; mais je suis bien dans l’allure reste bien à l’abri, le ménage se fait par l’arrière. Une dizaine de costauds s’envolent pour la victoire. A l’approche de l’arrivée le groupe commence à faire des vagues cela sent la chute, aussi je lève le pied et me laisse glisser à l’arrière. Je ne m’étais pas trompé. Au kilomètre, grosse chute dans un pif paf, j’évite le tas de viande et de ferraille et termine content de ma prestation. Après un ravitaillement copieux et bien animé nous reprenons nos montures pour le terminus.Encadrés de motard et de véhicules, nous rentrons dans Londres par l’autoroute, cela parait incroyable.Une foule de plus en plus dense applaudit la procession et nous arrivons à la tour de Londres en empruntant le fameux pont. Des milliers de personnes nous attendent c’est grandiose. Tout à coup je vois quelqu’un avec un manteau rouge me faire de grands signes. cerise sur le gâteau, c’est ma fille avec son copain qui travaille à Londres qui sont venus m’accueillir.après une douche au Novotel dont je tairai le prix de la chambre nous allons à la mairie où nous sommes reçus par le maire pour un cocktail ( Pas grand-chose à se mettre sous la dent , si, un bon verre de vin, ce n’était pas du pic St LOUP)  et discours de coutume.Après un repas à l’hôtel et une nuit réparatrice, nous voilà repartis en bus pour Paris.

 

Cette aventure valait le coup d’être vécue. Pour 100€, nous en avons eu pour notre argent. Une organisation parfaite une très bonne ambiance des prestations hors du commun .Je ne m’attarderai pas sur le bilan sportif. Que des pros soient invités OK mais qu’ils se prennent au sérieux avec des cyclo dont la majorité avait la cinquantaine cela m’a paru assez médiocre.